Catégorie : Actualités Page 1 of 9

Coubertin n’inventa pas les JO

Pour le concours des calomniateurs de Pierre de Coubertin, Aymeric Mantoux monte sur le podium (on ne sait quelle marche, le pire n’étant jamais sûr). Son livre (qui a étonnement trouvé un éditeur) est un tel tissu malveillant d’inepties (tant les erreurs sont parfois grotesques), que Jean Durry s’est amusé à lui répondre :

Paris, le 30 mai 2024

Cher Monsieur,

Vous avez une vision de Pierre de Coubertin et vous avez souhaité écrire et publier un pamphlet presqu’entièrement à charge à son encontre, c’était évidemment votre droit le plus absolu. Le style en est bon et parfois vigoureux. Cependant vous avez – comment dirais-je ? – avalé en un temps trop court trop de notions et d’informations « olympiques » sans pouvoir les assimiler sereinement. Il en résulte – et là c’est regrettable – qu’au fil de votre texte tombent sous les yeux plus de 50 inexactitudes – et je n’exagère pas – dont je ne citerai que quelques exemples parmi les plus évidents :

  • page 61 : Henri Didon né en 1840 aurait été vainqueur aux Jeux olympiques du Rondeau en 1836 (en fait en 1853).
  • page 69 : Coubertin ne s’est en aucun cas « attribué » la formule de l’archevêque de Pennsylvanie dans son prêche de juillet 1908 à Londres. Citation exacte : dimanche dernier (…) l’archevêque de Pennsylvanie l’a rappelé en termes heureux …
  • page 75 : Patrick Clastres n’ est pas un « historien suisse ». Il est français comme vous et moi.
  • page 82 : séance d’ouverture du congrès fondateur le 16 juin 1894 à la Sorbonne.
  • page 83: on reconnait Jean Licart président de la société des gens de lettres. Il n’y a jamais eu de Jean Licart puisqu’il s’agit du poète Jean Aicard. Pierre de Coubertin (…) la voix assurée de l’orateur emplit l’amphithéâtre. Le baron expose avec précision et éloquence sa vision. Faux : Coubertin se bornant à son rôle d’organisateur n’a pas pris la parole lors de cette séance d’ouverture. Dans l’assemblée (…) des figures éminentes de la société de l’époque, en particulier le dr. William Rémy Brookes. Faux : l’âge et son état de santé n’ont pas permis à W. Brookes d’être physiquement présent.
  • pages 84/85 : perle des perles la toute première olympiade mondiale se déroule à Olympie … Olympie lundi 6 avril 1896 le roi et la reine Olga de Grèce entrent dans le stade … Désolant: les premiers Jeux se sont déroulés non à Olympie mais à Athènes !
  • pages 95/97 : Richard Wagner présent aux Jeux olympiques d’hiver de Garmisch-Partenkirchen en 1936. Intéressant … hélas il était mort 53 ans auparavant. Il s’agit de Richard Strauss. L’allumage de la flamme et le relais de la torche ont eu lieu pour ces premiers Jeux olympiques d’hiver. Faux : le relais de la flamme depuis Olympie a eu lieu pour la première fois aux Jeux olympiques d’été (Berlin).
  • page108 : note de bas de page accompagnant une citation de 1936. Référence pour le moins surprenante à Coubertin, Mémoires olympiques. Or ceux-ci étaient parus en 1931/32.
  • page 142 : on ne s’étonnera donc guère qu’en 1904 aux Jeux olympiques de Saint-Louis le baron assiste …Or en réalité Coubertin ne s’est pas rendu à Saint-Louis …
  • page 148 : en 1900 Coubertin est président du comité d’organisation des Jeux de Paris. Encore faux. J’arrête : c’est tout simplement consternant !

Pour mémoire, j’ai laissé de côté la page 12, qui m’a dans un premier temps bien fait rire, où vous trouvez le moyen de m’attribuer une citation (sans doute en transposant le contexte de cet entretien avec « Outre-Terre ») absolument contraire à toutes mes publications et productions. Mais cette singulière manipulation me mit le puce à l’oreille.

Vous avez évidement voulu paraître le plus vite possible cette année olympique et paralympique 2024. Mais franchement … ? Il va de soi que je me tiens à votre disposition pour parler calmement des autres erreurs évoquées plus haut.

Jean DURRY

A propos de Coubertin : savoir raison garder

Depuis plusieurs mois, l’héritage de Pierre de Coubertin, père de l’Olympisme moderne, rénovateur des Jeux, est attaqué de toutes parts. Il apparaît important au Comité Coubertin de reposer, par les faits, la réalité sur la personnalité de Pierre de Coubertin, un homme de bien, mais aussi sur ses idées, novatrices voire révolutionnaires, et ses engagements – humanistes et éclairés.

A la fin du XIXe siècle, alors que la France est marquée par le désastre de la guerre de 1870-1871, qu’elle est en pleine explosion économique et diplomatique, que se pose la question de la puissance “physique” des soldats et de la régénération de la Nation, la grande préoccupation de Pierre de Coubertin est l’éducation de la jeunesse de son époque. Au cours des décennies suivantes, il milite pour que celle-ci fasse une place importante à l’activité physique : « (…) Pour que cent se livrent à la culture physique, il faut que cinquante fassent du sport. Pour que cinquante fassent du sport, il faut que vingt se spécialisent. Pour que vingt se spécialisent, il faut que cinq soient capables de prouesses étonnantes. Impossible de sortir de là. Tout se tient et s’enchaîne (…) » (Revue Olympique n°91 – Juillet 1913). Mais pour que l’exemple de ces “cinq” soit bénéfique, il leur faut une vitrine. Et en 1892-1894, quoi de mieux pour ce faire que de ressusciter les Jeux olympiques qui permettent de relier cette innovation pédagogique aux humanités classiques ?

DES REPROCHES AMBIGUS

Colonialiste ? Jusqu’à la fin de la guerre d’Indochine en 1954, l’enseignement de l’histoire-géographie à l’école de la République repose largement sur l’Empire colonial. Toutes les classes sont ornées des grandes images d’Epinal cartonnées : cartes de l’Afrique Occidentale Française, de l’Afrique Equatoriale Française, prise de la smala d’Abd-el-Kader par le duc d’Aumale, Savorgnan de Brazza à travers la forêt tropicale, rizières du Tonkin labourées par des buffles à larges cornes… Le colonialisme est un fait d’époque. Reprocher à une personne décédée en 1937 d’être colonialiste, c’est oublier notre propre Histoire – ou celle de nos parents. Concernant Coubertin, c’est ignorer par exemple l’empathie sans réserve qu’il exprima fortement en faveur de l’Afrique, et plus précisément de l’Afrique noire, dans son Histoire Universelle (1926-1927).

Raciste ? Jusqu’aux années 1920, tous les ouvrages consacrés aux activités physiques emploient constamment le mot « race ». La « race » qu’évoquent ces ouvrages n’a rien de « supérieure » ; elle est « à régénérer » en s’inspirant justement du mode de vie des débuts de l’espèce humaine. Les théories racistes nazies ont fait une tout autre et tragique interprétation en mésusant du mot “race”. La condamnation par Coubertin des deux journées « anthropologiques » des Jeux de Saint-Louis en 1904 s’inscrit bien contre ce sens délétère.

Pro-nazi ? Jusqu’à la signature du pacte germano-soviétique le 23 aout 1939, une grande partie de l’opinion publique et de la classe politique européenne espère en une Allemagne forte pour barrer la route au bolchevisme. Un an après le décès de Coubertin, le Français Edouard Daladier et l’Anglais Neville Chamberlain reviennent de Munich persuadés que Monsieur Hitler est quelqu’un de très fréquentable. Peut-on pour autant accuser Coubertin de pro-nazisme pour avoir remercié en 1936 l’organisateur de Jeux olympiques – attribués par le C.I.O. à la République de Weimar en 1931 et non au III° Reich instauré en 1933 – lui dont toute l’œuvre s’est attachée, à l’opposé des régimes totalitaires et dictatoriaux, à promouvoir l’être humain, dans la plénitude de son corps, de son esprit et de sa liberté ? De plus, ceux qui le mettent en cause oublient de signaler la prudence du baron qui refuse le train personnel qu’Hitler lui propose pour se rendre à Berlin. Ils oublient également la lettre de Pierre de Coubertin à Carl Diem, le secrétaire du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Berlin, en 1936. Chargé de lire le discours de Pierre de Coubertin à la tribune (Pierre de Coubertin n’était pas présent à Berlin) il se verra reprocher par celui-ci d’avoir édulcoré ce discours de ses appels à la paix et la fraternité.

Misogyne ? Beaucoup de nos villages comportent encore deux bâtiments avec chacun à leur fronton « Ecole des garçons » ou « Ecole des filles ». Au début des années 1960 les études secondaires ne sont toujours pas mixtes tandis que, par exemple, dans les églises le dimanche, les femmes sont cantonnées sur les bancs de gauche, et les hommes sur ceux de droite. A son époque, Jules Ferry légifère quant à lui sur la scolarité des garçons et Camille Sée sur celles des filles. Jules Ferry en est-il pour autant réputé misogyne ? En 1920 le sport de Coubertin est éducatif et l’éducation n’est pas mixte. Les deux plus importantes fédérations sportives, l’Union des Sociétés de Gymnastique de France (fondée en 1873) et la Fédération Gymnastique et Sportive des Patronages de France (fondée en 1898) soutiennent prudemment une fédération féminine « à côté ». De surcroît la faculté de médecine reste réticente à l’égard de la pratique des sports « violents » (tel le football et l’athlétisme) par les femmes. Quant à l’opinion de Coubertin sur le statut social de la femme, il l’exprime en toutes lettres dès 1901 : « (…) Que les lois la protègent, qu’on la mette en mesure de résister, et même d’échapper à la tyrannie maritale, rien de plus légitime ; que l’on pourchasse partout où on les rencontre, les dispositions ineptes ou immorales comme celles par lesquelles le code civil français édicte la tutelle perpétuelle de la femme, rien de plus nécessaire. Que l’on se préoccupe enfin d’assurer à celles qui ne se marient pas, les moyens de gagner honnêtement leur vie, rien de mieux. Il convient de travailler à l’égalité des sexes (…) La femme (…) est avant tout la compagne de l’homme ; mais qui dit compagne, aujourd’hui, dit associée » (Notes sur l’éducation publique – Chapitre XVII).

UN ZESTE DE RIGUEUR ET DE BON SENS

On ne juge pas le passé à l’aune d’un présent que le futur reniera peut-être. Ce qu’on reproche à Coubertin, ce sont des marques du temps de la IIIe République, voire de la IVe. L’homme est complexe, il n’est ni lisse, ni parfait : mais qui l’est ?

Les reproches stéréotypés adressés à Pierre de Coubertin reposent en général sur une ignorance et une méconnaissance profonde de sa vie et de son œuvre – laquelle va bien au-delà du seul thème olympique -, ainsi que de son évolution constante au fil de son existence, évolution qui va de pair avec sa continuité de pensée et d’action.

Les faits parlent d’eux-mêmes. Ainsi de très nombreux lycées portent son nom à travers le monde : au Japon, en Amérique du Sud, au Canada, en Europe orientale.

Au moment où le monde entier vient célébrer les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 « au pays de Coubertin », le retour à un minimum de bon sens parait pour le moins nécessaire.

Comité Coubertin – Pôle Héritage & Communication
Vendredi 31 mai 2024

La diffusion des informations du 
Comité Coubertin est assurée par 
PRESSACTION, Agence de Presse française indépendante 
65 rue Marguerite de Rochechouart 75009 PARIS – contact@pressaction.fr

PressAction, partenaire du Comité Coubertin

L’odyssée de six jeunes en Grèce

Dans le cadre de son projet L’Odyssée de la flamme, le Cercle Pierre de Coubertin a emmené fin avril six jeunes ambassadeurs de la Seine-Maritime faire un reportage photos en Grèce, dans le but de réaliser une exposition. Quatre jours de visites, de coups de cœur, de rencontres fabuleuses, au berceau de l’aventure olympique.

À peine rentrés et encore la tête pleine de soleil et de ciel bleu : les six jeunes ambassadeurs sélectionnés par le Cercle Pierre de Coubertin pour participer au projet L’Odyssée de la flamme vont pouvoir s’attaquer maintenant au tri des centaines de photos engrangées pendant ces quatre jours éblouissants. Le défi pour chacun est de taille : n’en retenir que les quinze meilleures ! Cette présélection sera ensuite soumise au vote des collégiens via le logiciel Arsène, du 20 au 31 mai, et parallèlement à un jury qualifié, co-présidé par Jacques de Navacelle, propriétaire du château de Mirville et arrière-petit-neveu du baron Pierre de Coubertin, et Bertrand Bellanger, Président du Département. A la fin du processus, les 24 meilleures photos retenues seront tirées en grand format pour être présentées le 5 juillet prochain, jour du passage de la flamme en Seine-Maritime, au château de Mirville, demeure de jeunesse de Pierre de Coubertin.
Président du Cercle Pierre de Coubertin et cheville ouvrière du projet, Alain Delamare est fier aujourd’hui du travail accompli pour associer la jeunesse du département à ce bel événement.

Mettre en valeur les lieux olympiques

L’idée de cette Odyssée de la flamme était née sur un coin de table, mais dix-huit mois de mobilisation intense, notamment des membres du Cercle Pierre de Coubertin, auront fait de ce rêve une réalité. « On peut saluer également l’implication des professeurs d’éducation physique qui se sont beaucoup investis pour trouver des jeunes motivés », insiste Alain Delamare. Ces six jeunes, tous passionnés de sport, ont été recrutés dans le cadre de deux dispositifs portés par la Délégation régionale académique à la jeunesse, à l’engagement et aux sports (DRAJES) : le challenge régional « Génération 2024 » et les classes Milliat-Coubertin de Seine-Maritime. Six noms, devenus depuis des visages, ceux de Célia, d’Alexis, d’Elsa, de Léo, de Camille et de Louis, aujourd’hui lycéens, issus des quatre coins du territoire pour vivre ensemble cette expérience unique, et surtout la partager.

Cérémonie de passation

Car le voyage en Grèce était assorti d’une mission : réaliser un reportage photo pour mettre en évidence les « lieux de la mythologie grecque et la vie démocratique dans l’Antiquité ». Formés, équipés et encadrés chacun par un photographe, les jeunes n’avaient donc plus une fois sur place qu’à ouvrir l’œil. Et avec un programme bien chargé, autant dire que les occasions n’auront pas manqué. À peine descendus de l’avion (que trois d’entre eux n’avaient encore jamais pris !) le marathon a commencé : rencontre avec les médias, visite à l’ambassade de France, échange avec plusieurs personnalités dont Tony Estanguet, président du comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.  « Nous avons aussi visité le musée olympique d’Athènes sur les Jeux de 1896 et de 2004 », raconte Elsa, enthousiaste. Puis est arrivé le grand moment : vendredi 26 avril, la cérémonie de passation officielle de la flamme du Comité Olympique Hellénique au Comité d’organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024 dans un stade panathénaïque chargé d’émotion (stade antique qui a accueilli les premiers Jeux de l’ère moderne en 1896) avec, dans le rôle du maître de cérémonie, Nikos Aliagas. « C’était très impressionnant, notamment quand la nageuse paralympique Béatrice Hess a relayé la flamme », reconnaît Léo. Pour Louis, le ballet des relayeurs, couvert par les hymnes nationaux, restera aussi un souvenir inoubliable.
Hébergée pour la nuit à l’ambassade de France, la flamme a été transférée ensuite dans une lampe de mineur pour pouvoir être embarquée en toute sécurité sur le Belem dès le lendemain à destination de Marseille, où elle arrive ce mercredi 8 mai.
Quant aux six jeunes ambassadeurs, de retour en Seine-Maritime, ils vont poursuivre leur aventure avec la préparation de l’exposition qui aura lieu au château de Mirville le 5 juillet. Une exposition qui à son tour sera amenée à voyager pour être présentée notamment dans les communes Terre de Jeux 2024, avant d’être installée sur les grilles de l’Hôtel du Département, par ailleurs partenaire financier de cette belle odyssée.

Coubertin Niçois

AVEC LE CERCLE COUBERTIN PACA, CONFERENCE DE JEAN DURRY A NICE

Dans le cadre de cette année olympique et en partenariat avec la Ville de Nice, ce 20 mars 2024, le Cercle Coubertin PACA a accueilli Jean Durry pour une conférence à haute valeur symbolique : « Coubertin Niçois ».

Il y a en effet 90 ans, les 28 février et 1er mars 1934, Pierre de Coubertin prononçait deux Leçons d’Olympisme dans la salle Bréa du Centre Universitaire Méditerranéen (CUM). Une maison idéalement située face à la mer, s’insérant parfaitement au paysage de la Promenade des Anglais, dédiée au culte de l’esprit et du savoir. A la demande du maire de l’époque, Jean Médecin, et d’Anatole de Monzie, ministre de l’éducation nationale, le premier administrateur du CUM, Paul Valéry en élabora les principes et les règles de fonctionnement. La première année d’existence du CUM fut couronnée de succès grâce à des conférenciers de renom, dont Pierre de Coubertin.

C’est dans ce même lieu, dans le magnifique amphithéâtre dominé par l’œuvre majeure qui en constitue l’âme, l’Allégorie de la Méditerranée de Jules Ange Joseph Bouchon, que Jean Durry a prononcé sa conférence.

Il a immédiatement transporté son public 90 ans en arrière, en rappelant que ces journées niçoises furent l’occasion, pour Coubertin, de poser les premiers jalons d’une chaire d’Olympisme. La seconde partie de sa conférence a été consacrée à l’évocation des dates-clés de la vie du rénovateur des Jeux olympiques, avec une insistance particulière sur l’ampleur des champs abordés et sa capacité à mener de front la direction du mouvement olympique et un travail intellectuel de premier plan, traitant notamment de la nécessaire réforme de l’enseignement secondaire. N’ont pas été occultées les réserves régulièrement formulées que certains médias s’appliquent à réactiver en passant sous silence la portée du message et de l’héritage de Coubertin. A ce propos, Jean Durry a souligné l’importance majeure de dater les citations du Baron. A l’échelle d’un demi-siècle de production d’écrits dans des domaines aussi variés, non seulement sa pensée à évolué, mais elle est aussi porteuse de nuances qui permettent de restituer une signification plus exacte de ses déclarations.

Des réponses aux questions du public ont clôturé cette conférence qui a ouvert avec brio le triptyque préparé par le Cercle Coubertin PACA et inscrit au programme du CUM de Nice, jusqu’à la fin de cette année olympique et paralympique.

Pierre de Coubertin a 161 ans

Comme chaque année, le 1er janvier a été l’occasion de célébrer la naissance de Pierre de Coubertin sur les différents continents et, dans le cadre de son concours 2024 « L’olympisme d’hier à aujourd’hui : Actualité des messages de Pierre de Coubertin », le Cercle des Amis Pierre de Coubertin du CFPC vous invite à découvrir un programme éducatif basé sur les discours et les actions de Pierre de Coubertin. Ce programme élaboré par le Centre d’Études Olympiques de Lausanne  est à disposition des éducateurs-enseignants-entraîneurs-dirigeants (et autres) qui souhaitent rendre concret l’héritage de Pierre de Coubertin, en lien avec les enjeux éthiques, politiques et économiques qui ne manqueront pas d’animer cette année olympique.
D’ici le 6 avril et la Journée mondiale du sport pour le développement et la paix, l’onglet “La diplomatie sportive au chevet de la Paix” mérite le détour.

Coubertin, sa vie, son œuvre

“Pierre de Coubertin – Vie, vision, influences et réalisations du fondateur des Jeux Olympiques modernes”

Co-dirigé par le Comité Français Pierre de Coubertin et le Comité International Pierre de Coubertin, soutenu par le Centre d’Études Olympiques de Lausanne, ce document de référence rassemble 60 articles courts et concis sur toutes les facettes de la vie et de l’œuvre de Coubertin. Rédigés par des spécialistes, les articles sont regroupés sous les sept grands thèmes suivants : 1/ La vie de Pierre de Coubertin : motivations et initiatives en matière d’éducation des jeunes. 2/ La fondation du Mouvement olympique. 3/ La présidence du CIO par Pierre de Coubertin (1896 – 1925). 4/ La vision de Pierre de Coubertin et son soutien au Mouvement olympique après sa présidence (1925-1937). 5/ Promouvoir l’éducation, l’éducation physique, le sport et l’activité physique à travers le Mouvement olympique et au-delà. 6/ Orientation politique, ses intérêts et ses écrits. 7/ Lieux évoquant la mémoire de Coubertin.

Dès l’âge de 20 ans, le baron Pierre de Coubertin (1863 – 1937) a voulu attacher son nom à une réforme de l’éducation centrée sur le sport. Cela le conduit à envisager de faire revivre les Jeux Olympiques modernes en tant qu’outil de promotion de la valeur éducative du sport pour le développement du caractère individuel et le renforcement de la tolérance transnationale. Avec le soutien de spécialistes français, anglais et américains de tous horizons, pédagogues, hommes politiques, journalistes, officiels sportifs et représentants du mouvement pour la paix, Coubertin réalise son projet lors du Congrès sur le rétablissement des Jeux Olympiques modernes, qui se tient à Paris du 16 au 24 juin 1894.

Le succès de Coubertin dans la renaissance des Jeux Olympiques, son intention de les développer et ses réflexions toujours plus poussées pour leur donner une base éducative, philosophique, anthropologique et sociale, que l’on connaît aujourd’hui sous le nom d’Olympisme, ont fait l’objet de recherches approfondies. En conséquence, des centaines de monographies, de livres et d’articles de journaux analysent et décrivent la vision, le travail et l’héritage de Coubertin et fournissent de précieuses informations sur lui en tant que personne privée, mais aussi comme pédagogue, historien, homme politique, fondateur du Mouvement olympique et président du CIO. Malgré l’existence de ces publications, il était difficile jusqu’à présent pour le grand public d’accéder à des connaissances concises sur Coubertin. Ce document de référence, publié en anglais et en français, vise à combler cette lacune en rassemblant des articles courts et concis sur toutes les facettes de la vie et de l’œuvre de Coubertin. Il est entièrement accessible en ligne, et les sujets et auteurs soigneusement sélectionnés offrent des informations préliminaires intéressantes, fournissent les citations les plus pertinentes de Coubertin lui-même et incitent à des lectures plus approfondies sur chaque sujet.

L’ouvrage est publié en numérique sur le site du Centre d’Études Olympiques de Lausanne  et il est téléchargeable au format pdf.

« Cette publication contribuera grandement à promouvoir l’esprit olympique et à inspirer le public avec le message intemporel et véritablement universel de Pierre de Coubertin. » Thomas Bach.

Jean Durry honoré par le président du CIO

Le 23 juin 2023, à Lausanne, Jean Durry a remis au président du CIO le tome II de son ouvrage « Coubertin autographe » (voir l’article du 27 juin). A cette occasion Thomas Bach a remis à Jean Durry la médaille Pierre de Coubertin et il a prononcé deux allocutions, l’une concernant la publication de l’ouvrage, l’autre sur la reconnaissance du Mouvement olympique à celui qui est à la fois notre président d’honneur et celui du CIPC. Ces deux textes, « Présentation de Coubertin autographe – Tome II » et « Présentation de la médaille Pierre de Coubertin à Jean Durry », dédicacés par Thomas Bach rendent un hommage chaleureux à un Français qui accomplit un travail considérable pour toujours mieux connaitre notre illustre compatriote.

Le Camp Olympique de Village-Neuf

La commune de Village-Neuf, labélisée Terre de Jeux, organise régulièrement des manifestations culturelles ou sportives autour de la thématique des Jeux olympiques. Les Jeux à Paris en 2024 se présentent comme une opportunité unique pour renforcer ses actions de terrain sans perdre de vue les dimensions éducatives et citoyennes.
Les communes de Village-Neuf et de Haagen (en Allemagne) sont jumelées depuis une vingtaine d’années. Si les liens ainsi créés et développés sont fructueux pour les populations des deux communes, l’Olympisme est un message de fraternité et de paix à véhiculer, notamment auprès des adolescents.
Du 26 au 28 juillet 2023, Village-Neuf a créé son 1er Camp Olympique Terre de Jeux.
La dimension transfrontalière et les échanges Franco-Allemands furent activement présents grâce à un maillage fort avec une délégation de jeunes Allemands issus d’un centre d’action sociale de Lorrach. L’inclusion et la solidarité étaient actives grâce à la présence de jeunes en situation de handicap.
La mixité des équipes a ainsi permis d’illustrer les valeurs éducatives des Jeux (Amitié, Respect, Ensemble, Excellence, Solidarité, Egalité, Courage, etc … ).

Le 1er Camp Olympique Terre de Jeux de Village-Neuf en chiffres :
2 jours, 3 nuits, plus de 300 participants, 24 équipes, 8 villes Terre de Jeux, 1 établissement d’éducation spécialisé, 1 délégation allemande, 3 labels : Terre de Jeux/Olympiade Culturelle/Ateliers Olympiques, 1 marraine : Béatrice Hess, 1 parrain : Lilian Schmitt, 20 ateliers sportifs , 1 circuit sportif géant de 12 postes, des activités terrestres et aquatiques, 5 fresques mobiles, des médailles, des tee-shirts, 5 tableaux en cérémonie d’ouverture, un relais de la flamme à 15 postes dont 1 en bateau pour traverser la Rhin (la flamme arrivant d’outre-Rhin), 2 équipes presse TV, 1 équipe presse écrite …

Les socles fondamentaux du Baron Pierre de Coubertin autour de l’éducation par le sport, l’activité physique , les arts , la culture et le collectif ont été de réels leviers fédérateurs.
L’Olympisme n’est donc pas uniquement centré vers la performance mais aussi et surtout vers le lien social.
Mme la Maire de Village-Neuf, ses adjoints et conseillers, ont pu compter sur leurs services – animés par le dynamique responsable des sports – et ceux des villes participantes : Sélestat, Molsheim, Saint-Louis, Huningue, Bartenheim, Haagen, Lorrach pour le beau succès de l’opération. De nombreux partenaires étaient associés à ce Camp olympique qui était parrainé par deux champions paralympiques : le Villageneuvois Lilian Schmitt et la prestigieuse Colmarienne Béatrice Hess au palmarès inégalé.

La flamme brûle dans les cœurs des Villageneuvois.

10ème anniversaire du Prix Lycéens européen Pierre de Coubertin

A l’initiative du regretté Norbert Müller, alors président du Comité International Pierre de Coubertin, le Prix lycéens Européen Pierre de Coubertin a permis, à l’origine en 2013, à de jeunes Allemands et Français, puis d’autres ensuite de se retrouver et d’échanger sur les valeurs de l’olympisme et de l’éducation sportive prônée par Pierre de Coubertin.

La Sportjugend (Jeunesse Sportive) de Rhénanie-Palatinat, l’Association Européenne des Sports de Bourgogne-Franche-Comté (AES-BFC), la Ligue des Associations Sportives de l’Enseignement Fondamental (LASEP) du Luxembourg, sous le haut patronage du Comité International Pierre de Coubertin (CIPC), du Comité Français Pierre de Coubertin (CFPC)  et avec le soutien de l’Office franco- allemand pour la Jeunesse (OFAJ), ont , lors d’une cérémonie dans l’auditorium du musée olympique de Lausanne, honoré 18 jeunes Allemands, Français et Luxembourgeois, lauréats du Prix Lycéens Européen Pierre de Coubertin 2023.

Durant toute la semaine du 23 au 28 juillet à Evian, les réflexions et le travail conduits autour des valeurs de l’Olympisme, de l’œuvre éducative de Pierre de Coubertin, sans oublier la richesse des échanges linguistiques entre les trois nationalités ont largement contribué à la réussite de ce séjour.

Décès de Denis Daune

A l’élection d’André Leclercq à la présidence du Comité Français Pierre de Coubertin le 14 juin 2017, Denis Daune s’installa à ses côtés pour tenir le poste de secrétaire général de 2017 à 2019, il devint vice-président ensuite. Il était redevenu administrateur dans cette olympiade au titre des Joinvillais.
Retraité de la Gendarmerie nationale, il est décédé à l’âge de 78 ans. Il était athlète de haut niveau en tir sportif (au Bataillon de Joinville de 1974 à 1989). Olympien aux Jeux de Moscou en 1980, il avait 109 sélections en équipe de France et 57 sélections en équipe de France militaire. Meilleure performance mondiale, maintes fois champion de France, il a participé à de nombreux championnats d’Europe (plusieurs fois médaillé) et championnats du monde.
Ses mérites lui ont valu différentes distinctions : médaille militaire, médaille d’or jeunesse et sport, médaille d’Outre-Mer et médaille de la Défense nationale.
Il a également eu une longue carrière de dirigeant sportif bénévole, à la Fédération française de tir (président du Comité départemental de tir sportif de Seine-et-Marne pendant trente ans, il était toujours vice- président de la Ligue de tir sportif de l’Ile de France depuis 1988, plus les activités en club). au Comité départemental olympique et sportif de Seine-et-Marne qu’il présida de 2009 à 2017, au Comité régional olympique et sportif d’Ile de France, au Comité national olympique et sportif français et au Comité français Pierre de Coubertin.
Aimable et serviable, Denis Daune assumait avec passion ses différents engagements. Il poursuivait ses activités bénévoles autant qu’il pouvait en surmontant les difficultés liées à la maladie qui a fini par l’emporter. C’est un zélé serviteur du sport – athlète et dirigeant – qui s’en est allé et que nous saluons avec respect et reconnaissance.

Page 1 of 9

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén