Auteur/autrice : André LECLERCQ Page 2 of 5

Gazette Coubertin n°74-75 : Hospitalité olympique – Accueillir et transmettre

Le temps est venu de vivre concrètement Ensemble les Jeux de l’Hospitalité Olympique

 La théâtralisation des aventures humaines sur la scène de l’Olympisme favorise la régulation des instances nationales et internationales du sport qui sont au cœur d’enjeux diplomatiques qui dépassent les frontières sportives. Ouvrir une brèche entre le passé et le futur est toujours une merveilleuse occasion de donner du sens aux réalités contemporaines des diplomaties sportives qui participent à la construction d’une Hospitalité Olympique.

En lien avec la métaphore du voyage, tout au long de ce numéro 74-75 de la Gazette Coubertin, il nous est proposé de prendre le temps de flâner, entre Olympie et Paris, là où l’hospitalité olympique prend corps sur les rivages d’Oman, sur les rivages de la Mer Noire, sur les rivages du Cap de Bonne Espérance, et  en provenance d’autres parties du Monde où des auteurs non francophones témoignent d’une passion pour la francophonie et d’un espoir de marcher dans les traces de Pierre de Coubertin à Paris. Bienvenue aux personnes qui découvriront cent ans d’histoires entre le Stade Olympique de 1924 située à Colombes et le Stade Olympique de 2024 située à Saint-Denis, à une dizaine de kilomètres du précédent !
Avant l’été 2024, la Semaine Septentrionale Pierre de Coubertin du 9 au 14 octobre 2023 est l’occasion de faire une halte au Musée des Beaux-Arts de Calais afin de contribuer  à une œuvre commune d’Hospitalité : celle qui, au sein des espaces et des temps olympiques,  d’hier à aujourd’hui, fait dialoguer une éthique coubertinienne et une déontologie sportive. Cette halte à Calais sera aussi le moment où un trait d’union sera manifeste entre le Cercle Régional Pierre de Coubertin  PACA, qui a permis la publication des Actes du Congrès du CFPC « Sport, Art et Olympisme » qui a eu lieu en octobre 2021,  et le Cercle Bernard Jeu adossé au CROS Hauts de France.

Ensuite, de Calais à Saint-Denis un challenge passionnant s’offrira à nous tous et à nous toutes pour :
– Promouvoir le développement humain durable comme une opportunité de reconnaître la place que tient l’Être humain dans ses différents environnements, qu’ils soient naturels ou culturels.
– Valoriser la croissance des technologies numériques qui permet aux virtualités de la vie sportive de devenir une réalité culturellement acceptée.
– Reconnaître simultanément les vulnérabilités des personnes qui font œuvre d’excellence et les forces des personnes qui sont socialement stigmatisées comme vulnérables.

N’ayons pas peur de prendre appui sur les pas de Pierre de Coubertin pour se projeter vers le futur avec confiance ! Il appartient alors à l’Hospitalité Olympique de conjuguer une éthique de l’altérité, une éthique de l’entraide et une éthique de la diversité. Un passage de témoin intergénérationnel sera alors sûrement à promouvoir pour accueillir la Génération 2024 qui aura à son tour pour mission de proposer de nouvelles orchestrations d’une Symphonie Educative Inachevée. Tel est un autre aspect de l’Hospitalité Olympique à ne jamais oublier : l’inachèvement n’est pas un manque mais une chance de réaliser ce qui semble impossible.

La Gazette Coubertin N°74-75 est à feuilleter ou à télécharger dans l’onglet “Publications\Gazettes Coubertin en flip ou \Gazettes Coubertin en pdf”.

Le colloque Pierre de Coubertin 2023

Au sein de la Semaine septentrionale Pierre de Coubertin à Calais (voir en page Activités), l’Université Littoral Côte d’Opale organise du 11 au 13 octobre un colloque sur le thème : Les espaces-temps olympiques, d’hier à aujourd’hui : d’une éthique coubertinienne à une déontologie sportive.

L’ambition du colloque Pierre de Coubertin 2023 est d’interroger un objet précis, les Jeux Olympiques et Paralympiques, à travers leur temps et à travers le prisme de plusieurs thématiques caractéristiques. En s’appuyant sur les différentes sciences humaines et sociales appliquées au sport, la visée scientifique ambitionne d’éclairer le sens et donc l’actualité de cette compétition internationale qui vise l’universel.

Le colloque se présente ainsi sous la forme de six demi-journées thématiques articulées autour d’un même enjeu : questionner l’évolution des jeux olympiques et paralympiques depuis la fin du XIXème à nos jours à travers des entrées spécifiques afin de poser un regard critique distancié sur un fait social total. La cohérence du congrès tient dans un regard épistémologique qui favorise une étude critique d’un phénomène socio-historique qui se révèle à la fois dans une temporalité quelquefois anachronique et un périmètre constamment à redéfinir. Il s’agit ainsi d’interroger les différents sens qui structurent les valeurs de l’Olympisme, à travers la flèche du temps qui passe.

Jean Durry honoré par le président du CIO

Le 23 juin 2023, à Lausanne, Jean Durry a remis au président du CIO le tome II de son ouvrage « Coubertin autographe » (voir l’article du 27 juin). A cette occasion Thomas Bach a remis à Jean Durry la médaille Pierre de Coubertin et il a prononcé deux allocutions, l’une concernant la publication de l’ouvrage, l’autre sur la reconnaissance du Mouvement olympique à celui qui est à la fois notre président d’honneur et celui du CIPC. Ces deux textes, « Présentation de Coubertin autographe – Tome II » et « Présentation de la médaille Pierre de Coubertin à Jean Durry », dédicacés par Thomas Bach rendent un hommage chaleureux à un Français qui accomplit un travail considérable pour toujours mieux connaitre notre illustre compatriote.

Le Camp Olympique de Village-Neuf

La commune de Village-Neuf, labélisée Terre de Jeux, organise régulièrement des manifestations culturelles ou sportives autour de la thématique des Jeux olympiques. Les Jeux à Paris en 2024 se présentent comme une opportunité unique pour renforcer ses actions de terrain sans perdre de vue les dimensions éducatives et citoyennes.
Les communes de Village-Neuf et de Haagen (en Allemagne) sont jumelées depuis une vingtaine d’années. Si les liens ainsi créés et développés sont fructueux pour les populations des deux communes, l’Olympisme est un message de fraternité et de paix à véhiculer, notamment auprès des adolescents.
Du 26 au 28 juillet 2023, Village-Neuf a créé son 1er Camp Olympique Terre de Jeux.
La dimension transfrontalière et les échanges Franco-Allemands furent activement présents grâce à un maillage fort avec une délégation de jeunes Allemands issus d’un centre d’action sociale de Lorrach. L’inclusion et la solidarité étaient actives grâce à la présence de jeunes en situation de handicap.
La mixité des équipes a ainsi permis d’illustrer les valeurs éducatives des Jeux (Amitié, Respect, Ensemble, Excellence, Solidarité, Egalité, Courage, etc … ).

Le 1er Camp Olympique Terre de Jeux de Village-Neuf en chiffres :
2 jours, 3 nuits, plus de 300 participants, 24 équipes, 8 villes Terre de Jeux, 1 établissement d’éducation spécialisé, 1 délégation allemande, 3 labels : Terre de Jeux/Olympiade Culturelle/Ateliers Olympiques, 1 marraine : Béatrice Hess, 1 parrain : Lilian Schmitt, 20 ateliers sportifs , 1 circuit sportif géant de 12 postes, des activités terrestres et aquatiques, 5 fresques mobiles, des médailles, des tee-shirts, 5 tableaux en cérémonie d’ouverture, un relais de la flamme à 15 postes dont 1 en bateau pour traverser la Rhin (la flamme arrivant d’outre-Rhin), 2 équipes presse TV, 1 équipe presse écrite …

Les socles fondamentaux du Baron Pierre de Coubertin autour de l’éducation par le sport, l’activité physique , les arts , la culture et le collectif ont été de réels leviers fédérateurs.
L’Olympisme n’est donc pas uniquement centré vers la performance mais aussi et surtout vers le lien social.
Mme la Maire de Village-Neuf, ses adjoints et conseillers, ont pu compter sur leurs services – animés par le dynamique responsable des sports – et ceux des villes participantes : Sélestat, Molsheim, Saint-Louis, Huningue, Bartenheim, Haagen, Lorrach pour le beau succès de l’opération. De nombreux partenaires étaient associés à ce Camp olympique qui était parrainé par deux champions paralympiques : le Villageneuvois Lilian Schmitt et la prestigieuse Colmarienne Béatrice Hess au palmarès inégalé.

La flamme brûle dans les cœurs des Villageneuvois.

10ème anniversaire du Prix Lycéens européen Pierre de Coubertin

A l’initiative du regretté Norbert Müller, alors président du Comité International Pierre de Coubertin, le Prix lycéens Européen Pierre de Coubertin a permis, à l’origine en 2013, à de jeunes Allemands et Français, puis d’autres ensuite de se retrouver et d’échanger sur les valeurs de l’olympisme et de l’éducation sportive prônée par Pierre de Coubertin.

La Sportjugend (Jeunesse Sportive) de Rhénanie-Palatinat, l’Association Européenne des Sports de Bourgogne-Franche-Comté (AES-BFC), la Ligue des Associations Sportives de l’Enseignement Fondamental (LASEP) du Luxembourg, sous le haut patronage du Comité International Pierre de Coubertin (CIPC), du Comité Français Pierre de Coubertin (CFPC)  et avec le soutien de l’Office franco- allemand pour la Jeunesse (OFAJ), ont , lors d’une cérémonie dans l’auditorium du musée olympique de Lausanne, honoré 18 jeunes Allemands, Français et Luxembourgeois, lauréats du Prix Lycéens Européen Pierre de Coubertin 2023.

Durant toute la semaine du 23 au 28 juillet à Evian, les réflexions et le travail conduits autour des valeurs de l’Olympisme, de l’œuvre éducative de Pierre de Coubertin, sans oublier la richesse des échanges linguistiques entre les trois nationalités ont largement contribué à la réussite de ce séjour.

Parution de la Gazette Coubertin du 1er semestre 2023

Au sommaire de La “Gazette Coubertin N°72-73 : Vivre ensemble avec ses différences” (voir en page /la-gazette/).

L’Editorial du Président André Leclercq

Préambule par Gilles Lecocq
Vivre ensemble avec ses différences : vers une alliance entre Fraternité et Sororité sportives

Les Gay Games, jeux de la diversité et de l’unité
par Manuel Picaud

Les réalités de l’égalité des genres dans le contexte du BMX en Lettonie
par Sandija Zalupe, Celia Marcén

1928, Vraie fausse victoire pour l’athlétisme féminin
par Bernard Maccario

Le Centenaire des Jeux Mondiaux féminins organisés par Alice Milliat
par Aurélie Bresson & Océane Mobidelli

Sport en Filles
par Evelyne Ciriegi & Célia Samson

Vers des sports sans stéréotypes : mythes ou réalités ?
par Gilles Lecocq

Lorsque l’Académie de Paris accompagne l’héritage éducatif des Jeux de Paris 2024
par Deborah Sarfati

Les Jeux olympiques et paralympiques s’invitent à l’INSPE de l’Académie de Paris
par Fabrice Delsahut

Les Parutions

Liste des Colloques

La Vie du Comité Français Coubertin

La communauté olympique

LA COMMUNAUTÉ OLYMPIQUE : Gouvernance d’un commun socioculturel global

Cet ouvrage présente la gouvernance actuelle du système olympique, c’est-à-dire de l’ensemble des organismes qui collaborent au déroulement du plus grand événement médiatique de la planète. En effet, tout le monde connaît les Jeux olympiques et leurs anneaux entrelacés, mais peu savent comment ils sont gouvernés et médiatisés, quels sont leurs revenus, quels arrangements permettent leur déroulement, quels biens et revenus ils génèrent. Mais les Jeux ne sont pas qu’un produit médiatique ou commercial. On peut les considérer comme un commun partagé par une vaste communauté d’athlètes, de médias, de supporters, de sponsors guidés par la Charte olympique, ainsi qu’une certaine idée du sport. Cette communauté mérite une nouvelle gouvernance plus collaborative et plus démocratique qui est envisagée dans cet ouvrage. Au moment où Paris accueille les Jeux olympiques d’été de 2024, il est temps de réfléchir à comment cette communauté pourra être gouvernée à l’avenir pour se perpétuer entre un commercialisme exacerbé et une étatisation sournoise.

Par Jean-Loup Chappelet, professeur honoraire de l’Université de Lausanne, où il enseignait le management public. Il s’intéresse au système olympique depuis plus de cinquante ans après avoir assisté à ses premiers Jeux en personne à Munich, en 1972, et travaillé au CIO (1982-87).

 

Décès de Denis Daune

A l’élection d’André Leclercq à la présidence du Comité Français Pierre de Coubertin le 14 juin 2017, Denis Daune s’installa à ses côtés pour tenir le poste de secrétaire général de 2017 à 2019, il devint vice-président ensuite. Il était redevenu administrateur dans cette olympiade au titre des Joinvillais.
Retraité de la Gendarmerie nationale, il est décédé à l’âge de 78 ans. Il était athlète de haut niveau en tir sportif (au Bataillon de Joinville de 1974 à 1989). Olympien aux Jeux de Moscou en 1980, il avait 109 sélections en équipe de France et 57 sélections en équipe de France militaire. Meilleure performance mondiale, maintes fois champion de France, il a participé à de nombreux championnats d’Europe (plusieurs fois médaillé) et championnats du monde.
Ses mérites lui ont valu différentes distinctions : médaille militaire, médaille d’or jeunesse et sport, médaille d’Outre-Mer et médaille de la Défense nationale.
Il a également eu une longue carrière de dirigeant sportif bénévole, à la Fédération française de tir (président du Comité départemental de tir sportif de Seine-et-Marne pendant trente ans, il était toujours vice- président de la Ligue de tir sportif de l’Ile de France depuis 1988, plus les activités en club). au Comité départemental olympique et sportif de Seine-et-Marne qu’il présida de 2009 à 2017, au Comité régional olympique et sportif d’Ile de France, au Comité national olympique et sportif français et au Comité français Pierre de Coubertin.
Aimable et serviable, Denis Daune assumait avec passion ses différents engagements. Il poursuivait ses activités bénévoles autant qu’il pouvait en surmontant les difficultés liées à la maladie qui a fini par l’emporter. C’est un zélé serviteur du sport – athlète et dirigeant – qui s’en est allé et que nous saluons avec respect et reconnaissance.

Coubertin, autographe” – Tome II (1915-1937)

Jean Durry, auteur de l’ouvrage “Coubertin, autographe” a reçu la médaille Pierre de Coubertin lors d’une cérémonie organisée à la Maison Olympique à l’occasion de la Journée Olympique 2023.

L’historien français Jean Durry est le créateur et directeur honoraire du Musée national du sport en France. Spécialiste de Pierre de Coubertin, il est l’auteur de l’ouvrage “Coubertin, autographe” – Tome I (1889-1915), dans lequel il commente des textes et écrits de Pierre de Coubertin. Aujourd’hui, une vingtaine d’années plus tard, il publie le Tome II (1915-1937). Ce dernier recueil de lettres et de manuscrits de Pierre de Coubertin révèle de nouvelles informations et met en lumière les deux dernières décennies de sa vie : le déménagement du CIO à Lausanne, le 10 avril 1915, la Grande Guerre, ses adieux au Mouvement olympique et ses dernières années, jusqu’à sa mort le 2 septembre 1937. Ce nouvel ouvrage, doté d’un index détaillé, a été réalisé sous forme de publication numérique, ce qui permet aux chercheurs d’aujourd’hui de parcourir les différents chapitres avec une grande facilité.
Félicitant Jean Durry pour ce travail accompli par pure passion et pour la rigueur dont il fait preuve dans ses recherches, le président du CIO, Thomas Bach, a déclaré : “Près de 130 ans après son appel à faire revivre les Jeux Olympiques, Pierre de Coubertin serait ravi de savoir que son œuvre se poursuit et que ses écrits restent une source d’inspiration.”
En lui remettant la médaille Pierre de Coubertin, le président du CIO, Thomas Bach, lui a dit : “Vous avez en commun [avec Coubertin] une passion pour le sport et la culture… Vous avez partagé et transmis cette passion pour les valeurs du sport, de l’Olympisme et de Coubertin à travers de nombreuses publications. Au-delà de la simple reproduction de lettres et de manuscrits, vous avez étudié en profondeur l’homme, la personne, qui se cache derrière le fondateur du CIO et de l’Olympisme moderne. Vous êtes le décodeur de l’âme de ce visionnaire, dont l’œuvre et l’action restent à découvrir par les générations futures.”

Jean Durry avait déjà reçu l’Ordre olympique en 2003 pour l’ouvrage “Coubertin, autographe” – Tome I (1889-1915).

Les Olympiades féminines de Monte-Carlo

Le nouveau livre de Bernard Maccario, Les Olympiades féminines de Monte-Carlo, vient de paraitre aux éditions Giletta (www.editionsgilletta.com).
Au début des années 1920, le sport féminin en est encore à ses balbutiements. Alors qu’elles se heurtent aux stéréotypes culturels ainsi qu’aux prescriptions médicales de l’époque, les sportives vont trouver à Monaco un soutien important à leur cause. C’est en effet dans la principauté que se déroule la première rencontre internationale de sport féminin. Elle donne naissance aux Olympiades féminines de Monte-Carlo qui, à trois reprises, en 1921, 1922 et 1923, réunissent des centaines de jeunes filles venues de toute l’Europe. À leur programme, des compétitions d’athlétisme, de natation, de sports collectifs, mais aussi de la gymnastique et des danses rythmiques. En démontrant, qu’à côté du sport pur, la grâce pouvait être conservée, les Olympiades ont renforcé la légitimité du sport féminin et, à ce titre, ont joué un rôle précurseur.
S’appuyant sur une riche illustration, cet ouvrage nous fait revivre ces trois Olympiades à travers notamment les prestations et les portraits des participantes. Il montre aussi comment elles ont donné une place particulière à la principauté dans l’histoire du sport féminin : grâce à elles, Monaco est désormais reconnue comme la première étape de l’accès des femmes aux Jeux olympiques.

Page 2 of 5

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén